Normes éditoriales de la revue « Histoire de l’art »


Normes éditoriales de la revue Histoire de l’art   
(juillet 2013)

 1.  Proposition d’article (varia et dossier)
Les auteurs sont invités à proposer, dans un premier temps, un synopsis d’une page de leur article, sous la forme d’un document WORD (pas de PDF) avec la mention du nom de l’auteur et du titre de l’article en haut, à l’adresse suivante :

revueredachistoiredelart@gmail.com

Si celui-ci est accepté par le comité de rédaction, ils envoient leur texte ainsi qu’un document contenant à la fois les images (de qualité basse à moyenne, afin que ce document ne soit pas trop lourd) et les légendes. Les articles proposés à la revue doivent être inédits et se présenter sous une forme aboutie. Chaque texte est soumis aux membres du comité de rédaction. Sa validation n’est définitive qu’après l’insertion des corrections et des compléments demandés par le comité de rédaction.

Les articles retenus sont publiés dans un numéro thématique ou en varia. Les articles varia sont publiés en ligne sur le blog de l’APAHAU, avec la même mise en page que ceux de la revue ; leurs résumés sont également présents dans la revue papier.

2. Le texte
Après l’acceptation du synopsis, l’article est envoyé sous la forme d’un document Word de 35 000 signes environ (espaces et notes comprises), police Times New Roman, corps 12, avec la mise en forme la plus simple possible (pas de styles, de puces ou de retraits, mais des alinéas au début de chaque paragraphe). Sur la première page, ne pas oublier le titre, le nom et le prénom de l’auteur. Les sous-titres, non numérotés, apparaissent en gras (niveau 1) et italique (niveau 2).
Les titres trop longs ou trop allusifs sont à éviter (les titres sont souvent indexés sur les moteurs de recherche !).
Les appels de figure sont indiqués ainsi : (fig. 1).
Les citations longues sont séparées du corps du texte par un saut de ligne avant et après, et ne sont pas précédées par un alinéa.
Les titres d’œuvres, les titres d’ouvrages, les mots et citations en langue étrangère sont en italique. Pour les titres d’œuvres, mettre la majuscule au premier mot du titre (article compris).
Ex. : Quant au tableau Le rêve d’Ophélie, … ;  la critique du Rêve d’Ophélie...
Les siècles sont indiqués en petites capitales, suivies d’un e en exposant et d’un espace insécable.
Ex. : xxe siècle
Les majuscules sont accentuées.
Pour les citations, on utilise les guillemets français suivis ou précédés d’un espace insécable « », et les guillemets anglais simples pour les citations à l’intérieur de citations ‘’.
Les appels de notes sont des chiffres arabes en exposant, sans parenthèses, placés avant la ponctuation et à l’extérieur des guillemets pour les citations.
Après l’acceptation définitive du texte, l’auteur fournit une courte biographie de 800 signes environ, indiquant sa position actuelle et l’origine de la recherche qu’il publie. Il fournit également un résumé de dix lignes environ, qui sera traduit en anglais, et une liste d’une dizaine de mots-clés. Comme le titre, ces deux derniers éléments pourront être modifiés par la rédaction.

3. Les notes et les mentions bibliographiques
Merci de respecter les modèles suivants pour la bibliographie, en particulier l’ordre titre en italique, ville, éditeur, date.

Ouvrages :
– D. Arasse, L’Annonciation italienne. Une histoire de perspective, Paris, Hazan, 1999.
Les noms de villes étrangères couramment francisés sont francisés : Milan, Munich…

Seconde édition d’un ouvrage traduit :
– H. Belting, Image et culte. Une histoire de l’art avant l’époque de l’art, Paris, Le Cerf, 1998 (Munich, 1993).
Si la seconde édition a eu lieu dans la même ville que la première édition, indiquer seulement la date dans parenthèses.

Ouvrages collectifs :
– M. Prudon (éd.), Peinture et écriture, Paris, La Différence, 1996.
Si les directeurs de l’ouvrage sont plus de trois, faire suivre ces trois noms de « et al. ».

Catalogues d’exposition :
– J.-L. Martinez, A. Pasquier (éd.), Praxitèle (cat. exposition : Paris, 2007), Paris, Musée du Louvre/Somogy, 2007.

Actes de colloque :
– L. Capodieci, P. Ford (éd.), Homère à la Renaissance : mythe et transfigurations (actes de colloque : Rome, 2008), Paris/Rome, Somogy/Académie de France, 2011.

Mémoires de recherche et thèses de doctorat :
– C. Salvi, Recherches sur Jean-Baptiste Monnoyer, peintre de fleurs, mémoire de DEA sous la direction d’Antoine Schnapper, Université Paris-IV (Paris Sorbonne), 2005.

Articles de revue :
– È. Blau, « L’urbanisme et l’architecture des villes d’Europe centrale pendant la première moitié du xxe siècle », Perspective, 2008, 3, p. 409-440.
La date intervient avant le numéro de volume (en chiffres romains) ou de numéro (en chiffres arabes).

Articles d’ouvrages collectifs, d’actes de colloque ou de catalogue d’exposition :
– M. Camille, « Before the Gaze. The Internal Senses and Late Medieval Practices of Seeing », dans  R. Nelson (dir.), Visuality Before and Beyond the Renaissance. Seeing as Others Saw, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 197-223.
Le titre de l’article doit être suivi de « dans ».

Les normes anglaises sont respectées pour les ouvrages anglo-saxons : les noms, adjectifs et verbes prennent une majuscule, pas d’espace avant les signes de ponctuation.
– K. Moxey, The Practice of Theory: Poststructuralism, Cultural Politics, and Art History, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 1994.

Les noms des traducteurs ne sont précisés que pour les sources anciennes :
Ovide, Les métamorphoses, Georges Lafaye (trad.), Paris, Gallimard, 1992.

Pour ne pas répéter une référence déjà donnée, si celle-ci se trouve citée immédiatement au-dessus, on utilise l’abréviation « ibid. » ; si elle est plus éloignée, on utilise les références abrégées :
– Moxey, The Pratice of Theory, p. 16-54.
– Camille, « Before the Gaze », p. 7.
Si deux ouvrages d’un même auteur sont cités l’un à la suite de l’autre, on utilise « id. », « ead. » si l’auteure est une femme.

Pour les archives, il convient de mentionner en toutes lettres, à la première occurrence, le lieu de conservation des documents suivi de l’abréviation entre parenthèses. C’est l’abréviation qui est utilisée dans les occurrences suivantes :
Ex. : Paris, Archives nationales (A.N.), 77, dossier 47 (artistes).
Archives des Musées Nationaux (A.M.N.), dossier de carrière, O30 275, fol. 1-149.
Bordeaux, Archives municipales (A.M. Bordeaux)
Ne pas oublier de préciser la cote et la pagination des documents cités (fol. pour les documents manuscrits).

4.  Les illustrations
• Les images
Les articles sont accompagnés de huit à dix illustrations. Ces dernières sont fournies par l’auteur, en noir et blanc ou en couleurs, sous une forme numérique.
Afin d’obtenir une bonne qualité d’impression, les photographies, enregistrées en mode niveau de gris ou couleur, doivent avoir une résolution minimale de 300 dpi pour une largeur minimale de 15 cm. Le format .tif est vivement conseillé, à défaut on utilisera le format .jpg.
Il convient d’éviter d’envoyer des courriels qui dépassent 8 Mega. Il vaut mieux envoyer les images une par une, et si elles sont trop lourdes, les faire parvenir par un système de tranfert (Yousendit, dropbox, wetransfer, …). À défaut, on peut déposer ou envoyer un CD au bureau de la revue :
Revue Histoire de l’art
INHA
2 rue Vivienne
75002 Paris.

Les légendes
La liste des légendes, sur un fichier à part, doit porter le nom de l’auteur et le titre de l’article. Chaque légende comprend : le numéro d’ordre de l’illustration, le nom de l’artiste ou du site, le titre de l’œuvre (en italique) ou le nom du monument, la date d’exécution de l’œuvre, la technique, les dimensions, le lieu de conservation actuel et le copyright éventuel.
Ex. :
Fig. 1. Jean-Baptiste Oudry, Bois de cerf bizarre sur un fond bleu ciel, 1749, huile sur toile, 82,3 x 69,3 cm, Fontainebleau, château © RMN.
Fig. 2. Strasbourg, Cathédrale Notre-Dame, portail sud, Dormition de la Vierge, vers 1225, photographie de l’auteur.

Les droits
Une fois l’article accepté par le comité de rédaction, l’auteur entre en contact avec la rédaction de la revue pour les droits de publication.

5.  Épreuves et publications
Avant publication, l’auteur reçoit par courrier électronique un jeu d’épreuves à vérifier. Il doit les retourner corrigées sous huitaine à la rédaction. Seules les corrections typographiques sont admises sur les épreuves.
L’auteur reçoit, après parution, un exemplaire de la revue et, sur demande, une version électronique au format PDF de son article. Les articles sont la propriété de la revue et peuvent faire l’objet, avec l’accord de l’auteur, d’une mise en ligne sur le blog de l’APAHAU.

Histoire de l’art étant une revue de recherche et d’information éditée sans but lucratif, les auteurs ne percevront pas de versement de droits.

Télécharger les normes en PDF

2 comments to Normes éditoriales de la revue « Histoire de l’art »

Leave a Reply