Colloque : « Inventaires et cartographies du patrimoine (XVIIe-XXIe) » (Paris, 15-16 septembre 2022)

Dans le cadre du programme de recherche Collecta, un colloque international est organisé à l’École du Louvre (amphithéâtre Michel-Ange) les 15 et 16 septembre 2022.

 

Depuis 2014, le programme de recherche Collecta interroge les pratiques érudites du Grand Siècle et les met en perspective à partir de l’exemple de la collection de François-Roger de Gaignières (1642- 1715).

Sa reconstitution et sa mise en ligne ont requis la création d’un outil numérique (collecta.fr) qui tente de rendre compte des liens et des cheminements qui se trament, au sein de la collection :

  • à travers les stades du travail de l’érudit – des sources, notes et brouillons aux dessins mis au net et classés pour la présentation au public ;
  • à travers les matériaux réunis par l’érudit – tableaux et gravures, manuscrits et imprimés, dessins et copies d’archives ;
  • à travers les points d’entrée retenus par l’érudit – personnes, familles, institutions, lieux, périodes.

Se dessinent ainsi les itinéraires mentaux, documentaires, mais aussi spatiaux de l’érudit à travers ses sources, son réseau de contacts, les lieux qu’il visite, ses centres d’intérêt et les méthodes qu’il déploie dans son objectif d’inventaire des monuments et des familles du royaume et de l’Europe.

Gaignières sillonne l’espace par le biais de gravures, de courriers à des notables ou de visites dans les établissements ecclésiastiques et seigneuriaux. Il questionne la société par le biais de l’histoire nobiliaire, de la généalogie et de l’emblématique, mais aussi à travers une curiosité ethnologique qui s’incarne dans ses recueils de modes de France et d’Europe. Il contemple le patrimoine médiéval comme le témoin d’un monde qui change, entre les destructions des guerres, la réforme liturgique post-tridentine et les nouvelles modes esthétiques de l’âge classique.

Tout en constituant une source primordiale sur un passé largement disparu, il invite ainsi les chercheurs contemporains à se pencher autant sur leurs méthodes et présupposés que sur ceux des érudits d’Ancien Régime.

 

PROGRAMME

Jeudi 15 septembre – amphithéâtre Michel-Ange, École du Louvre

9h30 – Accueil des participants

10h – Ouverture du colloque par Claire Barbillon (École du Louvre) et François Bougard (Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS)

Introduction

  • 10h20 – Après Gaignières : continuité et discontinuité, les enjeux d’une reconstitution numérique de la collection : Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre / Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS)
  • 10h45 – Le point de vue du design : mise en perspective de la nouvelle interface Collecta & esthétique de la structure : Sophie Fétro (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Kim Sacks (Université de Strasbourg)

I – Héraldique et territoires Michel Pastoureau (École pratique des Hautes Études)

  • 13h – Marquage héraldique, cartographie et histoire des lignages : les relevés de Gaignières à la chapelle des chanoinesses de Luynes : Sarah Héquette (École du Louvre / École pratique des Hautes Études)
  • 13h40 – Une géographie des ordres ? L’ombre de la chevalerie dans la collection Gaignières : Pierre Couhault (Bibliothèque nationale de France)
  • 14h15 – Inventorier et cartographier l’héraldique des municipalités portugaises : l’armorial de Cristóvão Alão de Morais : Miguel Metelo de Seixas (Universidade NOVA de Lisboa)
  • 15h10 – La cartographie héraldique de Frotier de la Messelière : Laurent Hablot (École pratique des Hautes Études)

II – La copie comme mise en récit des archives Marlène Helias-Baron (Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS)

  • 15h45 – L’apport des copies de Gaignières à la connaissance des archives de l’abbaye de Longpont : Benoît-Michel Tock (Université de Strasbourg)
  • 16h20 – Voyage au passé. Les cartulaires de la collection Gaignières comme fenêtres sur les archives de jadis : Annalena Müller (Université de Fribourg)

Vendredi 16 septembre – amphithéâtre Michel-Ange, École du Louvre

III – Voyages, séries, topographies Émilie d’Orgeix (École pratique des Hautes Études)

  • 9h – Construire une collection topographique au XVIIe siècle. L’élaboration des portefeuilles dans la collection Gaignières : Damien Bril (Institut national du patrimoine)
  • 9h40 – Mémoires des lieux, mémoires des hommes. Étude du portefeuille topographique « Beauce et Vendômois » de la collection Gaignières (1642-1715) : Clotilde Vivier (École du Louvre)
  • 10h30 – Imprimer, collecter et concentrer l’image des villes. Lieux d’édition et représentations urbaines en Europe (fin du XVe siècle – milieu du XVIIe siècle) Eric Grosjean (École pratique des Hautes Études)
  • 11h10 – Voyager en image : la topographie dans la collection de Jehannin de Chamblanc (1722-1797) : Johanna Daniel (Institut national d’histoire de l’art, LAHRA – Lyon 2)

IV – Visualisation et narration, du portefeuille au numérique Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre/Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS)

  • 14h – Les humanités numériques, un lieu pour les archives du bizarre : Myriam Marrache-Gouraud (Université de Poitiers)
  • 14h40 – Construire un outil d’association de données à l’heure de l’open data : la Fabrique Numérique du Passé : Laurent Costa (UMR 7041 ArScAn)
  • 15h45 – La fabrique du paysage urbain parisien avant les destructions haussmanniennes : inventorier et cartographier les savoirs par un collectif : Ellie Khounlivong (École du Louvre), Christophe Claramunt (Institut de Recherche de l’École navale), Éric Mermet (Centre d’analyse et de mathématique sociales, UMR 8557), Alexandre Radjesvarane (CY Tech)

Conclusions par François Bougard (Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS)

 

Informations pratiques

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

Inscription obligatoire : colloquecollecta2022@ecoledulouvre.fr

École du Louvre, amphithéâtre Michel-Ange

Palais du Louvre, porte Jaujard. Place du Carrousel. 75 001 Paris

 

Le PDF du programme est disponible sur ce lien.

Leave a Reply