Appel à contribution : Regard·s homoérotique·s / Images re-vues

Date limite: propositions, 30 septembre ; articles, 30 novembre 2018

Regard·s homoérotique·s Images re-vues N °17

Numéro coordonné par Giorgio Fichera et Chloé Maillet

Pietro di Cristoforo Vannucci, dit le Pérugin, Saint Sébastien, 1495, Musée du Louvre, Paris

Qualifier une image d’homoérotique sous-entend deux idées : que les images ont une performativité (érotique c’est-à-dire qui suscite un désir sexuel ou amoureux) et qu’on peut leur assigner une « préférence » sexuelle, en l’occurrence homosexuelle, bien que le terme n’existe que depuis la fin du XIXe siècle. Se construire et se reconnaître aujourd’hui en tant que personne homosexuelle ou queer . . . → En lire plus

Appel à publication : « Genres et enjeux de légitimation », A l’épreuve, n°3 (2016)

Nature morte photographique (d'après Jean-Siméon Chardin)Reposant sur l’établissement de contrastes qui permettent de dégager des traits distinctifs pertinents, l’activité classificatoire se trouve au cœur des processus d’élaboration des savoirs. En littérature et plus généralement dans les arts, c’est la notion de « genre » qui sert à opérer un ensemble de discriminations indispensables au travail de conceptualisation de divers pans de la production culturelle.

Bien que génératrice de nombreuses taxinomies dont on peut facilement mesurer l’efficacité pratique dans notre vie quotidienne – des étiquettes comme « polar » ou « rap » aident non seulement la pensée à reconnaître immédiatement une forme particulière mais également le potentiel acheteur à s’orienter vers ou tel . . . → En lire plus

Appel à Communication : « (Re)politiser les discours sur la photographie / (Re)Politicizing discourses on photography » (Paris, 7 décembre 2015)

victorianwomenofcolorCette manifestation scientifique s’adresse prioritairement aux jeunes chercheur·e·s.

Si l’histoire de la photographie s’est sensiblement développée dans le contexte universitaire français depuis une quarantaine d’années, plutôt rares sont les travaux qui ont analysé les images, les usages ou les pratiques de la photographie comme des lieux investis par le politique. L’usage apolitique du discours esthétisant sur la photographie comme outil de légitimation du médium explique en partie cet état de fait. Il faut y ajouter un contexte plus général, qui est celui de l’espace intellectuel de l’après-1989 où la reconfiguration néo-libérale des catégories du politique s’accompagne souvent d’une dilution des conflictualités.

L’étude de la photographie a pourtant su être un outil puissant pour repenser les . . . → En lire plus