Conférence : Matisse et le coup du bambou (Paris, 12 mai 2017)

Spécialiste de l’art européen et américain du XXe siècle, Yve-Alain Bois s’intéressera à la canne de bambou comme instrument de dessin pour Henri Matisse. Cette pratique inhabituelle est directement liée à la découverte, dès les années 1900, qu’il lui est impossible de mettre au carreau un dessin en vue d’une grande composition, puisque la qualité d’une couleur se modifie en fonction de la quantité de surface qu’elle recouvre.

À la fin des années 1940, alors qu’il décore la Chapelle du Rosaire à Vence, Matisse a encore recours à cet outil particulièrement . . . → En lire plus

Conférence « Précisions sur un état présent de l’architecture » (Paris, 9 mai 2017)

Dans une lettre qu’il adressait à Louis Grodecki au sujet de Architecture gothique et pensée scolastique, Erwin Panofsky écrivait : « Des études de ce type ne peuvent se justifier qu’avec des contradictions qui les prolongent ». Assurément, beaucoup d’ouvrages suscitent un intérêt critique et appellent de semblables débats. C’est pourquoi l’Institut national d’histoire de l’art a créé, sur une proposition de Christine Mengin, le cycle À propos d’un livre d’architecture, qui a pour objet de mettre à l’honneur un ouvrage traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est alors placé dans le champ critique par un discutant. Au-delà d’une simple présentation, il s’agit donc, de la part de ou des auteurs, de partager les réflexions engendrées par l’ouvrage, . . . → En lire plus

Conférence : « Colorier les idoles, habiller les murs. Regards croisés sur la polychromie, entre Antiquité et modernité », par Arnaud Dubois et Adeline Grand-Clément (Paris, INHA, 2 mai 2017)

4 mai 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12h. Entrée libre

 

Adeline Grand-Clément et Arnaud Dubois engageront une discussion comparatiste autour de la notion de « polychromie » et des pratiques qu’elle a recouvertes au cours de l’histoire, en faisant dialoguer leurs corpus d’étude, antique et contemporain. La première partie de l’échange portera sur le rapport entre peau et couleur dans la statuaire en marbre de la Grèce archaïque : pourquoi cette nécessité de « colorier les idoles » (formule empruntée à Quatremère de Quincy) ? La seconde partie concernera les pratiques de la couleur en architecture contemporaine, notamment celles de Patrick Bouchain, . . . → En lire plus

Conférences d’Ulrich Pfisterer

Conférences du Prof. Dr. Ulrich Pfisterer (Institut für Kunstgeschichte der LMU – Zentralinstitut für Kunstgeschichte) Directeur d’études invité par Sabine Frommel (Direction d’études « Histoire de l’art de la Renaissance, EPHE)

21 avril Loving Art: Raphael’s ‘Fornarina’ / INHA (salle Benjamin), 13h-15h

27 avril Power and Potency. Sexual Politics and Images in the Renaissance / Centre allemand d’histoire de l’art (Hôtel Lully, 45 rue des Petits Champs, 75001), 18h

La conférence sera suivie d’une table ronde avec Sabine Frommel (EPHE), Michel Hochmann (EPHE), Philippe Morel (Université Paris I), Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art) et Jérémie Koering (Centre André Chastel)

28 avril Growing Old: Titian’s Mistress / INHA (salle Benjamin), 14h-16h

11 mai An Art Theory of Seduction: Bartholomeus van der Helst’s ‘Naked Women’ in . . . → En lire plus

Conférence « Formes et espaces d’écoute dans l’art contemporain » (Paris, 2 mai 2017)

S’intéressant aux enjeux à la fois artistiques et sociaux des phénomènes d’attention et d’inattention, de concentration et de distraction, la théoricienne Anne Zeitz relira la pratique de l’artiste américain Max Neuhaus (1939-2009) au prisme des théories de l’attention. En guise de réponse, l’historien de l’art et commissaire Daniele Balit reviendra sur l’exposition Max Feed tenue au Frac Franche-Comté en 2016, qui abordait l’héritage de Max Neuhaus, et en particulier la notion de topographie perceptive. Anne Zeitz est la lauréate 2016 de l’aide à la mobilité mise en place par l’INHA et l’Institut français en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication – Direction générale . . . → En lire plus

Conférence : « Un laboratoire d’innovations architecturales et urbaines, la généralité de Champagne au XVIIIe siècle » par Dominique Massounie (Paris, 27 avril 2017)

Salle de la rue Talleyrand à Reims en 1785, estampe.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la généralité de Champagne était méthodiquement aménagée et embellie. Le réseau routier fut perfectionné par les ingénieurs des ponts et chaussée, les villes firent l’objet de plans d’alignement et un grand nombre d’édifices publics furent reconstruits. Les archives, heureusement bien conservées et accessibles, fournissent les informations précises sur les acteurs de cette transformation. Deux intendants se succédèrent pour l’accompagner, Henri-Louis de Barberie de Saint-Contest, entre 1751 et 1764, puis Gaspard-Louis Rouillé d’Orfeuil, entre 1764 et 1790.

. . . → En lire plus

Conférence : Catherine David « Dynamiques trans-régionales à l’oeuvre dans les avant-gardes des années 1960-70 » (Paris, 2 mai 2017)

Catherine David « Dynamiques trans-régionales à l’oeuvre dans les avant-gardes des années 1960-70 »

Catherine David est la Directrice adjointe du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou. De 1982 à 1994, elle a été conservateur au Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, et à la Galerie nationale du Jeu de Paume, à Paris. Catherine David a occupé de 1994 à 1997 le poste de directrice artistique pour la documenta X de Kassel. Elle a ensuite dirigé le Witte de With Center for Contemporary Art (Rotterdam), où elle a initié le projet Représentations arabes contemporaines. En 1998, elle reçoit le prix ‘Bard Award for curatorial excellence’ à New-York. Elle a . . . → En lire plus

Conférence : « Un rêve néo-classique et un cauchemar archéologique » : les candélabres monumentaux de Piranèse au Louvre et Ashmolean Museum, par Caroline Van Eck (Paris, SciencesPo, 19 avril 2017)

SciencesPo Paris Centre d’histoire /Séminaire de recherche Arts et sociétés/ Avec le concours de la Fondation de France

Dans le cadre du séminaire de recherche Arts et sociétés dirigé par Laurence Bertrand Dorléac, Caroline Van Eck, professeur à l’Université de Cambridge, interviendra le 19 avril 2017 à 17h sur le sujet suivant : « Un rêve néo-classique et un cauchemar archéologique » : les candélabres monumentaux de Piranèse au Louvre et Ashmolean Museum

Que se passe-t- il si nous concevons les transformations profondes de l’art européen autour de 1800, non pas dans la perspective des acteurs humains ou des institutions, mais en partant des objets, de leur présence, de leur matérialité et de leurs . . . → En lire plus

Conférence « Paris transformé, Le Marais 1900- 1980 : de l’îlot insalubre au secteur sauvegardé » (Paris, 21 avril 2017)

Dans une lettre qu’il adressait à Louis Grodecki au sujet de Architecture gothique et pensée scolastique, Erwin Panofsky écrivait : « Des études de ce type ne peuvent se justifier qu’avec des contradictions qui les prolongent ». Assurément, beaucoup d’ouvrages suscitent un intérêt critique et appellent de semblables débats. C’est pourquoi l’Institut national d’histoire de l’art a créé, sur une proposition de Christine Mengin, le cycle À propos d’un livre d’architecture, qui a pour objet de mettre à l’honneur un ouvrage traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est alors placé dans le champ critique par un discutant. Au-delà d’une simple présentation, il s’agit donc, de la part de ou des auteurs, de partager les réflexions . . . → En lire plus

Colloque : « Ce qu’exposer veut dire »

Placée sous la direction de Philippe Dagen, cette rencontre, destinée aux élèves conservateurs en formation, est aussi ouverte à un plus large public. Elle a pour ambition de présenter les différentes problématiques qu’implique le projet d’exposition depuis sa conception jusqu’à son ouverture au public, à travers l’exemple de manifestations emblématiques de l’année 2016.

Chaque exemple sera l’occasion de faire intervenir les différents acteurs qui travaillent à l’élaboration de ces manifestations artistiques ou scientifiques et d’aborder des thématiques aussi diverses que l’installation des œuvres, le constat d’état, la scénographie, la mise en lumière, la médiation, ainsi que les partenariats et les contraintes matérielles et budgétaires.

« Ce qu’exposer veut dire » . . . → En lire plus

Conférence « Viollet-le-Duc, Villégiature et architecture domestique » (Paris, 19 avril 2017)

Dans une lettre qu’il adressait à Louis Grodecki au sujet de Architecture gothique et pensée scolastique, Erwin Panofsky écrivait : « Des études de ce type ne peuvent se justifier qu’avec des contradictions qui les prolongent ». Assurément, beaucoup d’ouvrages suscitent un intérêt critique et appellent de semblables débats. C’est pourquoi l’Institut national d’histoire de l’art a créé, sur une proposition de Christine Mengin, le cycle À propos d’un livre d’architecture, qui a pour objet de mettre à l’honneur un ouvrage traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est alors placé dans le champ critique par un discutant. Au-delà d’une simple présentation, il s’agit donc, de la part de ou des auteurs, de partager les réflexions . . . → En lire plus

Conférence : Éric Michaud « Mimésis et automimésis. Sur deux anthropologies du développement de l’art aux 19e et 20e siècles. » (Paris, 25/04/17)

Le Centre allemand d’histoire de l’art a le plaisir de vous convier à la conférence d’Éric Michaud : « Mimésis et automimésis. Sur deux anthropologies du développement de l’art aux 19e et 20e siècles. »

Souvent niée, parfois même activement combattue par l’anthropologie et l’histoire de l’art depuis la fin du 18e siècle, l’idée d’une porosité des frontières et des identités a fait naître deux conceptions antinomiques de l’art : l’une fondée sur l’automimésis, selon laquelle chaque peuple produit un art à sa ressemblance ; l’autre fondée à l’inverse sur les effets d’altération induits par la confrontation et la fluidité des identités. La conférence examinera les paradoxes de chacune . . . → En lire plus

Conférence « Villard de Honnecourt, architecte du XIIIe siècle » (Paris, 11 avril 2017)

Dans une lettre qu’il adressait à Louis Grodecki au sujet de Architecture gothique et pensée scolastique, Erwin Panofsky écrivait : « Des études de ce type ne peuvent se justifier qu’avec des contradictions qui les prolongent ». Assurément, beaucoup d’ouvrages suscitent un intérêt critique et appellent de semblables débats. C’est pourquoi l’Institut national d’histoire de l’art a créé, sur une proposition de Christine Mengin, le cycle À propos d’un livre d’architecture, qui a pour objet de mettre à l’honneur un ouvrage traitant d’histoire de l’architecture et/ou de la construction. Présenté par son ou ses auteurs, le volume est alors placé dans le champ critique par un discutant. Au-delà d’une simple présentation, il s’agit donc, de la part de ou des auteurs, de partager les réflexions engendrées par l’ouvrage, . . . → En lire plus

Conférence : « Les annotations du Greco sur Vitruve », par Maria Georgilaki

6 avril 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12h. Entrée libre

Natif de Crète, orthodoxe, peintre d’icônes de renom, citoyen vénitien, tolédan d’adoption et artiste des autorités étatiques espagnoles, ami d’intellectuels et de prélats contre-réformistes, le Greco est pourtant plus connu par les lieux communs du XIXe siècle (mysticisme, déraison, extravagance, etc.), très résistants aux découvertes des historiens. À sa mort, il possède une des plus grandes bibliothèques d’artiste ou d’amateur d’art connues du XVIe siècle. Ses manuscrits volumineux étant tous perdus, il ne nous reste de sa pensée que les annotations sur quelques-uns de ses . . . → En lire plus

Conférence : « L’imaginaire de l’âge d’or dans l’Europe de la Renaissance », par Elinor Myara-Kelif (Paris, le 19 avril 2017)

Joachim Wtewael, L’âge d’or, 1605, NY, Metropolitan Museum of Art

Depuis l’Antiquité, l’âge d’or est l’un des mythes les plus présents et les plus répandus dans l’imaginaire collectif occidental. En retracer les évolutions successives permet de mieux comprendre la popularité dont il a joui dans la culture visuelle de la Renaissance. C’est tout d’abord dans les séries de gravures illustrant les quatre âges de l’humanité, notamment dans les éditions modernes des Métamorphoses d’Ovide, qu’a été mise en place l’iconographie de l’âge d’or, qui connaîtra ensuite une grande fortune dans l’Europe entière. Image ovidienne, bucolique et nostalgique du bonheur originel, ce mythe fut par la . . . → En lire plus

Conférence des Lundis numériques « Les archives du Web, patrimoine et histoire » (Paris, 10 avril 2017)

L’INHA effectue depuis plusieurs années une veille active dans le domaine des humanités numériques avec un accent porté sur ce qui touche au domaine visuel. De nombreux contacts et échanges sont régulièrement établis entre les différentes composantes de l’établissement et diverses équipes sur des problématiques et des projets concernant les enjeux, les représentations, les aspects techniques ou les questions juridiques liées à l’histoire de l’art et à l’image.

Description de la séance

En 2016 la fondation Internet Archive célèbre les vingt ans et la BnF et l’Ina les dix ans du dépôt légal du Web en France. Les archives du Web sont aujourd’hui un objet patrimonial identifié, pris en . . . → En lire plus

Conférence : « Patrimoine et mobilisation collective, les exemples du collectif Pourim Shpil et du patrimoine LGBT »

Cette séance du séminaire de recherche « Patrimoines en question » sera animée par Renaud Chantraine, doctorant, Lahic (Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’Institution de la Culture), Léopold Braunstein, président du Collectif Pourim Shpil, Denise Panigel, coordinatrice du Collectif Pourim Shpil.  

La décennie 1980 a connu une vague d’intérêt sans précédent pour tout ce qui relève de ce qu’il est convenu d’appeler « le patrimoine ». A partir de cette époque, les opérations de collecte, de protection et de mise en valeur se multiplient, notamment vis-à-vis de nouveaux champs émergents, comme le patrimoine ethnographique, le patrimoine industriel, environnemental ou encore, plus récemment, le patrimoine culturel immatériel. Cette . . . → En lire plus

Conférence « Autour d’Élie Faure » (Paris, 4 avril 2017)

Élie Faure (1873-1937) fut une des figures les plus déterminantes pour l’histoire et la critique d’art du premier tiers du XXe siècle où il insuffla une vision inspirée de la philosophie de Frédéric Nietzsche et de l’enseignement d’Henri Bergson. Pendant un bon quart de siècle, Élie Faure fut, tant à cause de ses écrits que de son enseignement à l’université populaire, le porte-étendard le plus visible et, à certains égards, le plus atypique de l’histoire de l’art en France. Une certaine actualité se fait jour autour de divers aspects de ses rapports à l’art : exposition sur sa pratique de collectionneur et d’amateur de l’art de son . . . → En lire plus

Conférence : L’épave de la Jeanne-Elisabeth et son trésor d’argent (1755) – Paris, 4 avril 2017

Le cycle de « Conférences Richelieu Colbert »organisé conjointement par la BnF et l’INHA met en valeur les collections des deux institutions. À chaque séance, un conservateur de la BnF ou de l’INHA et un universitaire, chercheur ou spécialiste, présentent un document phare sorti exceptionnellement des collections. Conférences organisées dans le cadre de la réouverture du site Richelieu, Bibliothèques, Musée, Galeries, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France.

Description de la séance

La Jeanne-Elisabeth sombra le 14 novembre 1755 au large de Maguelone (Hérault), alors qu’elle joignait Marseille depuis Cadix. Le navire transportait essentiellement 200 tonneaux de blé et 24 000 « piastres », de grosses pièces d’argent espagnoles. Malgré son pillage, l’épave a révélé un ensemble de plus de 3 . . . → En lire plus

Les Conférences Richelieu Colbert « Paris de nuit de Brassaï » (Paris, 28 mars 2017)

Ce cycle de conférences organisé conjointement par la BnF et l’INHA met en valeur les collections des deux institutions. À chaque séance, un conservateur de la BnF ou de l’INHA et un universitaire, chercheur ou spécialiste, présentent un document phare sorti exceptionnellement des collections.

Conférences organisées dans le cadre de la réouverture du site Richelieu, Bibliothèques, Musée, Galeries, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France.

Description de la séance

C’est au succès de son ouvrage Paris de nuit (1932), maintes fois traduit et copié, que le photographe Brassaï a d’abord dû sa reconnaissance internationale. Le fonds de négatifs du Centre Pompidou permettra de saisir la genèse de cette série . . . → En lire plus