Quatuor à cordes de Claude Debussy (1862 – 1918). Conférence-concert à l’occasion du centenaire de la mort de Debussy

Portrait de Claude Debussy, d’après le portrait de Marcel Baschet (1884). L’illustration, Paris 1932. Bnf, département Musique.

Quatuor à cordes de Claude Debussy (1862 – 1918). Conférence-concert à l’occasion du centenaire de la mort de Debussy Cycle de conférences « Trésors de Richelieu »

Claude Debussy compose son unique quatuor à cordes en 1892 – 93 ; à tout juste trente ans, il travaille alors au Prélude à l’après-midi d’un faune qui sera terminé en 1894 et commence à ébaucher Pelléas. Rare pièce de musique de chambre purement instrumentale du compositeur, le Quatuor est sa première œuvre de grande envergure et la première également . . . → En lire plus

Conférence du GRHAM : « Boucher dans l’espace des lettres » par Christophe Martin (Paris, 17 mai 2018)

Conférence du GRHAM : « Boucher dans l’espace des lettres » par Christophe Martin (Paris, 17 mai 2018)

Type : Conférence (entrée libre)

Date et horaire : jeudi 17 mai 2018 à 19h

Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Alors que Jean Starobinski a magistralement analysé la place de « Diderot dans l’espace des peintres » (Paris, RMN, 1991), il s’agira plus modestement, et en sens inverse, d’indiquer la place de Boucher dans l’espace des lettres. Est-ce tout à fait un hasard que l’on ait si souvent désigné Boucher comme le « Fontenelle de la peinture » ? En s’interrogeant d’abord sur le succès de cette formule, . . . → En lire plus

Rencontre du Centre Chastel : « Pierre-Charles Trémolières (1703-1739). Un peintre discret au siècle des Lumières » par Anaïs Semour, invitée par Christine Gouzi (Paris, 16 mai 2018)

Rencontre du Centre Chastel : « Pierre-Charles Trémolières (1703-1739). Un peintre discret au siècle des Lumières » par Anaïs Semour, invitée par Christine Gouzi (Paris, 16 mai 2018)

La carrière de Pierre-Charles Trémolières, qui fut un artiste discret et qui mourut prématurément, n’est pourtant pas sans relief. Elle est à redécouvrir aujourd’hui après l’exposition qui lui a été consacrée à Cholet en 1973. Les cercles dans lesquels il gravita, les protections dont il bénéficia, lui et ses descendants, auprès du comte de Caylus, l’obtention de grandes commandes à Lyon, mais aussi ses réalisations pour l’hôtel de Soubise permettent de renouveler la traditionnelle monographie d’artiste grâce à l’histoire sociale de l’art. La vie de Pierre-Charles . . . → En lire plus

Séminaire « 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris » : « Les institutions précaires et établies de l’art contemporain et leur transformation des années 1960 aux années 1980 »

Georges Boudaille devant Back to School, 1984, de John Ahearn, 13e Biennale de Paris, 1985 © Philippe Laplace Fonds Georges Boudaille – INHA-Collection Archives de la critique d’art

Considérant la Biennale des jeunes artistes comme une institution précaire de l’art contemporain, il vaut la peine de se demander comment elle s’inscrivit – si ce fut le cas – au sein d’un mouvement critique à l’égard des institutions et des musées en particulier, qui conduisit dans les années 1960 et 1970 à expérimenter de nouveaux espaces pour l’art. Cette conférence réunit l’artiste Richard Nonas, qui fut profondément impliqué dans la création d’espaces organisés . . . → En lire plus

Artistes à Paris : Cartographie numérique du monde de l’art du XVIIIe siècle

La maquette du pont Notre-Dame sur écran 4K interactif, Tourcoing, pôle Sciences et Cultures du Visuel, juin 2017. © photo Sophie Raux

Comme bien des disciplines des sciences humaines, l’histoire de l’art se tient encore relativement à l’écart du numérique, et en particulier de la science ouverte. Le mouvement de libération des collections patrimoniales va cependant croissant et la place centrale des images dans la pratique des historiens d’art induit en tout état de cause l’acquisition et le traitement de données visuelles, nombreuses ou pas, numériquement natives ou pas, selon des formes de mise en ordre plus ou moins raisonnées . . . → En lire plus

Conférence « Trésors de Richelieu » : La carte de l’Afrique australe de François Levaillant

La carte de l’Afrique australe de François Levaillant (1753-1824) fut réalisée au terme de deux voyages menés dans ces régions entre 1781 et 1784. Richement illustrée de soixante-six vignettes et de cinq tableaux peints, cette carte monumentale, offerte au roi Louis XVI, est un recueil détaillé de la faune et de la flore de ces régions ainsi qu’un des premiers essais de cartographie de leur distribution géographique.

Intervenants

Joëlle Garcia (Muséum national d’histoire naturelle) Olivier Loiseaux (BnF)

À propos du cycle de conférences « Trésors de Richelieu »

L’Institut national d’histoire de l’art et la Bibliothèque nationale de France organisent la 7e édition . . . → En lire plus

Séminaire d’IMAGO (Association de recherche en cultures visuelles, XIX-XXIème siècles) : « Cultures visuelles » (Paris, INHA, 18 avril 2018).

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la séance de conclusion de son séminaire « Cultures visuelles », qui se déroulera le mercredi 18 avril 2018, à 18h, en salle VASARI (INHA – Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – 1e étage).

Cette séance vise à réfléchir aux rapports entre l’Histoire des arts et les Études visuelles, en mettant tout particulièrement l’accent sur leurs apports réciproques et plus spécifiquement sur la contribution de la première aux Études visuelles. Elle abordera aussi la question du positionnement des Media studies et de l’Archéologie des médias par rapport aux Etudes visuelles et interrogera la notion de « cultures . . . → En lire plus

Les lundis numériques de l’INHA : « Retour d’expériences sur l’exploitation du corpus d’OpenEdition »

Depuis 2011, les activités d’OpenEdition Lab sont consacrées au développement d’outils de navigation visant à enrichir les parcours de lecture de nos usagers : annotation des références bibliographiques, détection de la langue dans les contenus, mise en relation des documents, extraction de citations remarquables. En 2016, OpenEdition Lab étend ses activités de recherche à l’appropriation des contenus d’OpenEdition par ses lecteurs en analysant l’activité de lecture. Une équipe pluridisciplinaire développe un détecteur des usages, en analysant la fréquentation des contenus et les contextes d’appropriation.

Intervenant

Marin Dacos (Directeur et fondateur d’OpenEdition. Conseiller scientifique . . . → En lire plus

Les Lundis numériques de l’INHA : « La prosopographie à l’heure du web sémantique : Omeka S au service du dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle »

Le projet ANR DEF19, porté par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, en partenariat avec la BnF et les Archives nationales, vise à combler un manque historiographique en constituant à l’horizon 2019 un dictionnaire recensant l’ensemble des individus et des institutions ayant édité en France entre 1800 et 1914. Ce dictionnaire papier doit être complété par une base de données en ligne, actuellement en cours de construction. Plusieurs solutions techniques ont été envisagées avant le choix définitif d’Omeka-S, qui doit permettre d’exploiter toutes les potentialités du . . . → En lire plus

Collections en ligne à la loupeConférence – « Can I Use It ? »- session II

Dans le cadre du programme Images/Usages (Fondation de France/Institut national d’Histoire de l’art), l’INHA organise une rencontre autour de la question du statut des images au sein des collections en ligne.

Après l’expérience innovante du Musée de Bretagne, présentée le 14 mars 2018, on se penchera lors de cette nouvelle rencontre sur les évolutions de Joconde et de Vidéomuseum, respectivement portail des collections des musées de France et réseau des collections publiques d’art moderne et contemporain françaises. Forts de plusieurs décennies de collecte et d’organisation des données et des images d’œuvres, ces deux sites « historiques » sont des références dans le paysage digital des collections patrimoniales . . . → En lire plus

Conférence : SPEscies « Géométrie de la nature » (Paris, 18 avril 2018)

Conférence : SPEscies « Géométrie de la nature » (Paris, 18 avril 2018)

18 avril 2018 – 18 H | Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris 75002, salle Ingres (2e étage)

Abstract :

La troisième conférence du cycle SPEscies portera sur la codification géométrique des représentations liées à la botanique et à la minéralogie. Au cours du XVIIIe siècle, dans l’optique de classifier, de rendre intelligible et de divulguer les connaissances et les collections inhérentes à ces disciplines, scientifiques et artistes stylisèrent le règne minéral et végétal, le soumettant à des règles mathématiques s’accordant à une philosophie scientifique ou à des buts uniquement pédagogiques. Maria . . . → En lire plus

Objets d’histoire et histoires d’objets : réflexions transdisciplinaires sur le prestige et sa culture matérielle dans le Golfe de Guinée entre le XIIe et le XVIIe siècle

Tête d’Ifé (Nigéria) en terre cuite, XIIe-XIVe s.?, musée du Quai Branly-Jacques Chirac, n° inv. 73.1996.1.4.

 

Historien et archéologue, Gérard Chouin est spécialiste de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest entre le XIIe et le XVIIIe siècle. Il mène aujourd’hui des recherches sur l’histoire des paysages et l’urbanisation combinant l’analyse des récits de voyage européens, des traditions orales et l’archéologie. Il dirige aussi un projet de recherche sur l’expansion possible de la première et seconde pandémie de peste en Afrique subsaharienne. Co-responsable des fouilles à Ifé (Nigeria), il reviendra dans cette conférence sur les sources et les méthodes d’analyse des objets dans l’écriture de . . . → En lire plus

Appel à participations : « Venise au XXe siècle, du passé glorieux à la modernité polémique / Venezia Novecento, dal passato glorioso alla modernità polemica »

XXIIE SÉMINAIRE D’HISTOIRE DE L’ART VÉNITIEN

XXII SEMINARIO DI STORIA DELL’ARTE VENETA

VENISE, DU 28 JUIN AU 4 JUILLET 2O18

Ecole du Louvre, Paris / Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, Venise

Argumentaire :

Du tourisme balnéaire lancé au Lido en 1905 au grand chantier industriel ouvert en 1917 avec les aménagements portuaires de Marghera, Venise opère au début du XXe siècle une métamorphose urbaine radicale et accélérée qui contraste avec l’idée de cité déclinante que l’historiographie ou le cinéma ont parfois retenue, après les récits de l’âge d’or de la . . . → En lire plus

Conférence : « L’Invention du Bonheur. Peindre l’Histoire au siècle des Lumières » (Paris, 17 mai 2018)

Conférence : « L’Invention du Bonheur. Peindre l’Histoire au siècle des Lumières » (Paris, 17 mai 2018)

Type : Conférence (entrée libre). Date et horaire : jeudi 17 mai 2018 à 16h. Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.

Cette communication vise à repenser la notion de plaisir généralement associée à la peinture d’histoire élaborée sous le règne de Louis XV et généralement connue comme ‘Rococo’. Plus précisément, il s’agit de démontrer comment l’esthétique développée après la Régence par une nouvelle génération d’artistes nés autour de 1700 n’est pas le résultat d’une décadence sociale et morale comme on l’a trop souvent répété. En revanche, elle représente l’expression d’un . . . → En lire plus

Séminaire d’IMAGO (Association de recherche en cultures visuelles, XIX-XXIème siècles) : « MÉDIAS » (Paris, INHA, 11 avril 2018)

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la quatrième séance de son séminaire de recherche qui présentera cette fois la notion de « MÉDIAS ». Elle illustrera les développements principaux de la théorie et de l’archéologie des médias en tant qu’approches méthodologiques pour la recherche en histoire de l’art.

Pierre-Jacques Pernuit, doctorant à l’Université Paris 1 introduira la séance avec une analyse de la notion de « MÉDIAS».

Les organisateur-e-s recevront à cette occasion Riccardo Venturi, pour une réflexion autour de « La géologie comme modèle esthétique à l’époque de l’Anthropocène ».

Riccardo Venturi est historien de l’art et critique. Il a notamment collaboré avec . . . → En lire plus

« Si la photo est bonne… L’historien de l’art et ses images: la fabrique d’une recherche sur les graffitis et les signatures à l’âge moderne » – Séminaire « L’histoire de l’art à l’épreuve du numérique »

Comme bien des disciplines des sciences humaines, l’histoire de l’art se tient encore relativement à l’écart du numérique, et en particulier de la science ouverte. Le mouvement de libération des collections patrimoniales va cependant croissant et la place centrale des images dans la pratique des historiens d’art induit en tout état de cause l’acquisition et le traitement de données visuelles, nombreuses ou pas, numériquement natives ou pas, selon des formes de mise en ordre plus ou moins raisonnées et informées des possibilités, comme des contraintes, du numérique. Le séminaire souhaite œuvrer au partage de retours d’expérience des recherches à dimension numérique (aussi bien implicite qu’explicite) . . . → En lire plus

Séminaire « Regards critiques, regards idéologiques : autour des participations de la Bulgarie et des deux Allemagnes à la Biennale de Paris »

Cette séance aborde les écarts et les tensions entre réception critique et réception idéologique au sein de la Biennale de Paris. Dans le cas de la participation bulgare à la Biennale de Paris de 1959 à 1969, qui correspond à la période des représentations étrangères nationales, les divergences apparaissent inévitables. L’hypothèse d’une mission politique de la biennale artistique s’avère impossible. Dans celui des deux Allemagnes, si la RDA ne participe à la Biennale de Paris qu’à partir de 1975, la rivalité entre les deux pays n’en est pas moins sensible, en creux, dès les premières éditions où seule la RFA est présente. Le choix des commissaires, la sélection des . . . → En lire plus

Compte rendu de colloque : Surrealism in the United States (Paris, 27-29 nov. 2017)

Exhibition catalogue Fantastic Art, Dada, surrealism, Museum of Modern Art, New York, 1936. (rayogramme by Man Ray)

Networks, Museums and Collections Surrealism in the United States

Centre Allemand d’Histoire de l’Art Paris, November 27 – 29, 2017

Conference report by Alice Ensabella and Anne Foucault (un résumé en français de cette conférence sera bientôt mis en ligne sur le site de l’APAHAU)

Last November, 27th – 29th, a three-day conference Networks, Museums and Collections. Surrealism in the United States took place at the Centre Allemand d’Histoire de l’Art in Paris. The conference was the fourth organized as part of the research project Le surréalisme . . . → En lire plus

Séminaire : « Towards a Social History of Photoliterature and the Photobook » (Maison française d’Oxford, 2017-2018)

Seminar at the Maison Française d’Oxford 2017-2018 : « Towards a Social History of Photoliterature and the Photobook »

 

Programme du troisième trimestre :

La Maison Française d’Oxford accueille un séminaire sur la photolittérature et le photobook. Organisé par Paul Edwards (MFO/CNRS/LARCA), il se tient depuis octobre 2017 jusqu’à juin 2018. Le programme du troisième trimestre, ainsi que le rappel de l’argument du séminaire et des informations pratiques, sont retranscrits ci-dessous.

This international seminar brings together researchers working on photography and the book with interdisciplinary approaches, connecting the aesthetic and material dimensions of the photobook with social, economic and political perspectives.

Whilst the scope of the seminar . . . → En lire plus

Une image trompeuse ou l’illusion du temps aboli. Les « fantômes mensongers » du restauré (XIXe- début XXe) – Séminaire « Construire, Restaurer, Détruire. Les chantiers du XVIIIe au XXe siècle »

La restauration au XIXe siècle s’inscrit, pour l’essentiel, dans le cadre de sociétés et pensées industrielles occidentales perdurant jusqu’au milieu du XXe siècle. De fait, selon ce postulat de départ, restaurer s’inscrit dans un long Moyen Âge achevé par le biais d’habitudes restauratrices héritières du temps des artisans. Cependant, d’autres pratiques émergent, au cœur même du XIXe siècle, qui témoignent de l’existence d’un temps court interventionniste, nourri de pensées cartésiennes, positivistes et rationnelles. Entretenir se place dans une logique de transmission raisonnée ; restaurer se situe désormais comme une activité auxiliaire de l’industrie et prépare la future économie de marché. L’enjeu de cette journée est . . . → En lire plus