Colloque : « Objects of Exchange. Art and Economic Encounters » (Paris, 7-8 septembre 2017)

 

Objects of Exchange. Art and Economic Encounters

International Symposium, 7-8 septembre 2017, Paris (INHA, Galerie Colbert)

Organisateurs : Alexander Alberro (Columbia University), Sophie Cras (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Exchange is classically described by economists as a phenomenon of equalization of values within a given system. When heterogeneous orders of economic rationalities meet, material objects and practices come to embody the paradoxes of dissonant exchange. This symposium aims to explore how artifacts and artistic practices have materialized ruptures within, and encounters between, economic systems in the modern and contemporary period.

 

 

Programme :

7 septembre 2017

14h00 / Introduction, Alexander Alberro (Columbia University) & Sophie Cras (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

. . . → En lire plus

Appel à communication : « Dessine-moi un punk ». La scène punk en France (1976-2016) : cultures visuelles et esthétiques

Appel à communication : « Dessine-moi un punk ».

PIND 14, 30 septembre 2017. FGO Barbara, 1 rue de Fleury, 75018 Paris. Organisateurs : Camilla Cavicchi, Luc Robène, Marine Schütz et Solveig Serre.

Cette quatorzième journée d’étude s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead). Une histoire de la scène punk en France (1976-2016), soutenu par le programme Intelligence des patrimoines du CESR, THALIM et l’ANR. Au-delà du fonctionnement anarchique volontiers revendiqué par les musiciens du punk, le mouvement présente des épisodes de cohésion visibles dans la rencontre des codes et des signes, qui recoupent les créations musicales et visuelles. Cette journée d’étude souhaite poser la question de la responsabilité des images et des pratiques esthétiques dans la construction du monde . . . → En lire plus

Appel à publication : « Voir la sculpture », revue Sculptures, n° 5 (septembre 2018)

vignette-sculptures

Appel à publication : Voir la sculpture. (Revue Sculptures, n°5, septembre 2018)

« On éprouve un bien vif plaisir quand on voit un grand ouvrage de sculpture, largement et simplement exécuté. Quand on a bien joui de l’ensemble, on cherche, en se rapprochant, à voir des détails […] c’est pour ainsi dire un voile qu’on lève. Les variations du jour mettent en évidence les détails qui, quelques heures avant, étaient invisibles », écrit David d’Angers. Cette révélation progressive de la sculpture à son regardeur, cette introduction du temps dans l’expérience de la perception de la sculpture sont des enjeux fondamentaux de la modernité qui ont été mis en valeur par nombre . . . → En lire plus

Appel à communication : « ‘68 and After: Art and Political Engagement In Europe » (Los Angeles, 2018)

‘68 and After: Art and Political Engagement In Europe

Panel organized by the European Postwar and Contemporary Art Forum (EPCAF)

CAA 106th Annual Conference

Los Angeles, February 21–24, 2018

The events that swept Europe in 1968 have, without fail, occasioned successive waves of commemoration and contestation as subsequent generations struggle to articulate their significance under changing historical circumstances. While scholars have begun to look beyond a narrow focus on the student revolts to highlight immigrant perspectives, issues of gender and sexuality, third-world liberation struggles, relations to labor movements, and developments outside of urban centers, art historians have been slow to enter into these debates. On the fiftieth anniversary of the events, . . . → En lire plus

Appel à candidatures : Aide à la mobilité « Recherche innovante en art contemporain » 2018 (date limite : 30 septembre 2017)

L’Institut français, en partenariat avec le ministère de la Culture – Direction générale de la création artistique, et l’Institut national d’histoire de l’art s’associent pour l’attribution d’une aide à la mobilité internationale « Recherche innovante en art contemporain » à un chercheur français ou vivant en France d’un montant de 8 000 euros.

Ce prix soutient la recherche française portant sur la création artistique des années 1960 à nos jours et sa mise en réseau internationale. Il a pour but de permettre au lauréat de mener une recherche au sein d’une université ou d’un institut . . . → En lire plus

Parution : « 36 Short Stories »

Mélanie Bouteloup (dir.), 36 Short Stories, ENSBA / Bétonsalon – centre d’art et de recherche, Paris, 2017

Broché, 398 p.

Prix : 29 €

ISBN : 9782840564300

L’antho­lo­gie 36 Short Stories réunit une sélec­tion d’œuvres et de textes publiés, expo­sés, ou col­lec­tés dans le cadre de la pro­gram­ma­tion du Centre d’art et de recher­che Bétonsalon. Composé comme un recueil de nou­vel­les, cet ouvrage met en dia­lo­gue trente-six voix et his­toi­res—per­son­nel­les ou col­lec­ti­ves, vécues ou fic­ti­ves, et par­fois oubliées. Conçues par des auteurs de dis­ci­pli­nes variées, ces contri­bu­tions explo­rent tour à tour le hors-champ de l’his­to­rio­gra­phie clas­si­que, la cir­cu­la­tion des savoirs, et s’empa­rent de la fic­tion comme d’un . . . → En lire plus

Conférence de Walter Mignolo : « Que veulent les artistes, curateurs et philosophes décoloniaux ? Blessures coloniales, guérisons décoloniales  » (Paris, 17/07/2017)

Le Centre allemand d’histoire de l’art est heureux de vous inviter à clôturer une année de recherches consacrées à « L’art en France à la croisée des cultures » avec une conférence de Walter Mignolo.

 

Walter Mignolo est sémiologue et professeur de littérature à l’Université de Duke. Il est aujourd’hui l’une des figures centrales du post-colonialisme latino-américain et l’un des membres fondateur du Groupe modernité/colonialité. Ses derniers ouvrages, Learning to Unlearn. Decolonial Reflections from Eurasia and the Americas (2012) avec Madina V. Tlostanova, The Darker Side of Western Modernity: Global Futures, Decolonial Options (2011), et son article fondamental “Epistemic disobedience and the decolonial option: a manifesto” (2008, récemment traduit . . . → En lire plus

Appel à communication : « La performance : un espace de visibilité pour les femmes artistes ? » (Paris, avril 2018)

Appel à communication : « La performance : un espace de visibilité pour les femmes artistes ? »

Cette journée d’étude prend place dans le cadre plus général d’un programme de recherche interdisciplinaire intitulé Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes : les créations, les savoirs et leur circulation XVIe-XXIe siècles, porté par le laboratoire LISAA (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) en 2017-2018. Elle est organisée en partenariat avec l’association AWARE Archives of Women Artists, Research and Exhibitions. Partant du constat que de très nombreuses créatrices ont pratiqué la performance et participé activement à l’essor de ce médium dans l’histoire de l’art, cette journée aura pour objectif d’interroger l’impact de la performance sur la visibilité des femmes artistes, en explorant notamment en quoi elle . . . → En lire plus

Table ronde : « Rencontre de critiques d’art » (Bordeaux, 10 juin 2017)

RENCONTRE DE CRITIQUES D’ART

FESTIVAL DES PENSÉES PÉRIPHÉRIQUES EDITION #2 Yves Michaud, Maxence Alcalde et Imma Prieto

Samedi 10 juin 2017/ de 14h00 à 18h00 Station Ausone – Bordeaux

« Yves Michaud, philosophe et critique d’art, Maxence Alcalde, critique d’art et fondateur du blog OSSKOOR et Imma Prieto, critique d’art et commissaire d’exposition espagnole, nous feront l’honneur de proposer des conférences et de débattre autour de la thématique : La dissension dans la critique d’art. Critères, présupposés et alibis de la critique d’art à l’épreuve.

Les trois conférences et le débat (avec une modération de Bernard Lafargue) seront enregistrés et retransmis en direct sur la chaîne youtube de la Librairie Mollat, dont . . . → En lire plus

Journée d’études : « Sculptures horizontales, 5e journée des jeunes chercheurs en sculpture » (Paris, 9 juin 2017)

Stephen Haweis & Henry Coles, Ariane de Rodin dans le jardin de la villa des Brillants à Meudon, 1903-1904, Musée Rodin

On a récemment marché à Paris sur les plaques au sol de Carl Andre et relu le texte où il explique que sa fascination pour l’horizontal vient probablement de sa pratique du kayak dans l’enfance. La sculpture horizontale n’est donc pas seulement une réponse à l’érection quasi phallique des statues : c’est une voie, une direction, un cheminement (un cas qu’on rencontre souvent dans le monumental horizontal des villes nouvelles, axes, voies, etc). Il y a « horizon » dans « . . . → En lire plus

Rencontres : « Art contemporain, sciences humaines et sociales » (Berlin, 1er-2 juin 2017)

Art contemporain, sciences humaines et sociales : confrontations, dialogue et malentendus Berlin, 1er-2 juin 2017

La Documenta est avec la Biennale de Venise la plus importante exposition d´art contemporain du continent européen. Pour sa 14ème édition, la Documenta s’empare de la question de la dépossession, de la dette, du déplacement et de la mobilité. Le Centre Marc Bloch s’associe à cet événement artistique en proposant une série de rencontres dédiées au dialogue entre artistes et spécialistes des sciences humaines et sociales.

Jeudi 1er juin Visite d’ateliers d’artistes, sous la direction des jeunes chercheurs, débats in situ

11h Rencontre avec Paola Yacoub dans son atelier à . . . → En lire plus

Conférence : « Histoire de l’art médiéval, patrimoine et création contemporaine : regards croisés au château de Tarascon », par Rose-Marie Ferré et Matthieu Faury (Paris, le 7 juin 2017)

Dressé en bordure du Rhône, le château de Tarascon fut une place forte et une résidence somptueuse pour les ducs d’Anjou aux XIVe et XVe siècles. En effet, protégé depuis 1840, ce monument historique est emblématique du patrimoine de la Provence médiévale. Aujourd’hui, il accueille régulièrement des expositions d’artistes contemporains qui offrent un nouveau regard sur le site. Dans le cadre du projet culturel Patrimoine et Création contemporaine du Centre d’art René d’Anjou, le plasticien et sculpteur Matthieu Faury a ainsi proposé une réflexion sur la figure du roi René grâce à un ensemble de sculptures mimant une audience royale monstrueuse (2012). L’artiste a aussi réinventé la figure du château fortifié en créant une œuvre qui met en scène une architecture dansante présentée dans le cadre de l’événement Si les . . . → En lire plus

Poste de chercheur junior : Histoire de l’art contemporain, Haute École d’Art et de Design Genève

La Haute École d’Art et de Design (HEAD)—Genève met au concours un poste de

collaboratrice ou collaborateur scientifique

dans le cadre du projet de recherche financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) et intitulé « Le faire comme cheminement. La technique artistique à l’épreuve du refus du métier dans la pratique contemporaine ».

Le projet « Le faire comme cheminement » porte sur la question de savoir ce que « faire » veut dire dans une pratique artistique censée avoir renoncé au métier. Prenant comme point de départ le deskilling (perte de compétences en l’occurrence techniques) que Jan Burn voyait en 1981 se répandre à la suite de l’art conceptuel, notre étude s’interroge sur la fonction que la main assume dans des pratiques artistiques . . . → En lire plus

Poste de chercheur senior : Histoire de l’art contemporain, Haute École d’Art et de Design Genève

La Haute École d’Art et de Design (HEAD)—Genève met au concours un poste de

adjoint-e scientifique

dans le cadre du projet de recherche financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) et intitulé « Le faire comme cheminement. La technique artistique à l’épreuve du refus du métier dans la pratique contemporaine ».

Le projet « Le faire comme cheminement » porte sur la question de savoir ce que « faire » veut dire dans une pratique artistique censée avoir renoncé au métier. Prenant comme point de départ le deskilling (perte de compétences en l’occurrence techniques) que Jan Burn voyait en 1981 se répandre à la suite de l’art conceptuel, notre étude s’interroge sur la fonction que la main assume dans des pratiques artistiques qui ne . . . → En lire plus

Rencontre : Entretien public avec Viviane Esders (Paris, INHA, 10 mai 2017)

Portrait de Viviane Esders © Michel Lunardelli / Leemage

Le neuvième entretien du cycle 1960-1990. Les voix de la photographie, lancé par le chantier de recherche Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie (ARIP), se tiendra le mercredi 10 mai 2017 à l’INHA.

À l’occasion de sa reprise, le chantier aura le plaisir de recevoir Viviane Esders, expert en photographie.

Rendez-vous le Mercredi 10 mai 2017, à l’INHA

De 19h à 20h30 en Salle Julian au 1er étage

Galerie Colbert, . . . → En lire plus

Appel à communication : « Ce que fait le concept à l’œuvre » (Paris, 7 octobre 2017)

Journée d’études Marges n° 27

« Ce que fait le concept à l’œuvre »

Rejetant l’idée d’un art qui serait conceptuel, Gérard Genette affirme, dans L’Œuvre de l’art, qu’il n’y a que des œuvres conceptuelles, puisque « l’état conceptuel » est présent hypothétiquement au sein de chaque œuvre et se vérifie au « coup par coup, œuvre par œuvre, et selon une relation fluctuante entre l’intention de l’artiste et l’attention du public, ou plutôt du récepteur individuel » (Genette ; 1994).

La formule « art conceptuel » désigne communément le groupe restreint d’artistes new-yorkais travaillant à partir des années 1960 autour de Seth Siegelaub et sa définition met habituellement en avant le primat du concept sur la forme et l’art comme objet de l’art. Elle a pu être . . . → En lire plus

Appel à communication : « L’Image consommée : excès, limites et transformations » (Montréal, 16-17 novembre 2017)

Dans l’introduction de son essai Le destin des images (2003), Jacques Rancière analyse les significations et transformations contemporaines des images, en se demandant s’il « n’y a pas, sous le même nom d’image, plusieurs fonctions dont l’ajustement problématique constitue le travail de l’art ? ». Face à l’hétérogénéité et la prolifération des formes visuelles qui ne peuvent être quantifiées ou étudiées dans leur totalité, la question du « comment » s’impose. De quelle(s) manières nous approprions-nous les images que nous regardons ? Quels types de rapports ou de réponses artistiques sont générés? Dans le sillage de cette réflexion, la cinquième édition du colloque Arts et médias de l’Université de . . . → En lire plus

Appel à communication : « Ces matières sans rivales », la céramique architecturale et la manufacture de Sèvres. (Paris, INHA, 13 octobre 2017)

Appel à communication (jusqu’au 16 mai 2017)

Ces « matières sans rivales »,

la céramique architecturale et la manufacture de Sèvres

Journée d’études organisée par la Cité de la céramique et le LABEX CAP (Création, Arts, Patrimoine), Paris, INHA, 13 octobre 2017

Si la céramique architecturale, comprise comme matériau ou élément de décors, occupe une grande place dans le paysage urbain européen, elle reste encore mal connue et la Manufacture de Sèvres apparaît de surcroît comme la grande absente des publications sur ce sujet.

Lieu d’exception tant par sa production que par ses expérimentations techniques, Sèvres, tantôt pionnière, tantôt suiveuse, apparaît . . . → En lire plus

Conférence : « Colorier les idoles, habiller les murs. Regards croisés sur la polychromie, entre Antiquité et modernité », par Arnaud Dubois et Adeline Grand-Clément (Paris, INHA, 2 mai 2017)

4 mai 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12h. Entrée libre

 

Adeline Grand-Clément et Arnaud Dubois engageront une discussion comparatiste autour de la notion de « polychromie » et des pratiques qu’elle a recouvertes au cours de l’histoire, en faisant dialoguer leurs corpus d’étude, antique et contemporain. La première partie de l’échange portera sur le rapport entre peau et couleur dans la statuaire en marbre de la Grèce archaïque : pourquoi cette nécessité de « colorier les idoles » (formule empruntée à Quatremère de Quincy) ? La seconde partie concernera les pratiques de la couleur en architecture contemporaine, notamment celles de Patrick Bouchain, . . . → En lire plus

Conférence « Formes et espaces d’écoute dans l’art contemporain » (Paris, 2 mai 2017)

S’intéressant aux enjeux à la fois artistiques et sociaux des phénomènes d’attention et d’inattention, de concentration et de distraction, la théoricienne Anne Zeitz relira la pratique de l’artiste américain Max Neuhaus (1939-2009) au prisme des théories de l’attention. En guise de réponse, l’historien de l’art et commissaire Daniele Balit reviendra sur l’exposition Max Feed tenue au Frac Franche-Comté en 2016, qui abordait l’héritage de Max Neuhaus, et en particulier la notion de topographie perceptive. Anne Zeitz est la lauréate 2016 de l’aide à la mobilité mise en place par l’INHA et l’Institut français en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication – Direction générale . . . → En lire plus