Prix Marianne Roland Michel

 

Prix Marianne Roland Michel

En souvenir de Marianne Roland Michel, éminente historienne de l’art, sa famille a fondé un prix qui a été décerné chaque année pour aider à la publication de manuscrits qui s’inscrivent dans la suite de ses travaux. En raison de l’évolution des coûts d’édition et de reproduction, la fondation a revu à la hausse la somme versée et le prix est devenu biennal depuis 2014.

Le prix est décerné à un ouvrage qui apportera une réflexion originale et ne se contente pas de regrouper une documentation, fût-elle en partie neuve (catalogue, sources d’archives…). Les manuscrits présentés doivent l’être sous une forme publiable. Tout type de manuscrit peut être reçu ; en ce qui concerne les thèses, elles doivent avoir été remaniées afin que la délibération porte sur des ouvrages aboutis. La langue devra être le français ou l’anglais.

Le prix peut être aussi décerné à un ouvrage manuscrit écrit dans une autre langue que le français ou l’anglais pour aider à sa traduction et sa publication en français ou encore à un livre important, paru dans les quinze dernières années et dont la traduction en français comblerait une lacune gênante.
Les manuscrits ne pourront pas être présentés plus de deux fois.

Les ouvrages portent sur les thèmes suivants :

  • Les artistes du XVIIIe siècle français
  • Les phénomènes liés à la rocaille
  • Les arts graphiques
  • La nature morte
  • Le paysage
  • Voyages d’artistes et transferts de modèles
  • Les collections et le commerce de l’art

Cette liste n’est pas exclusive, mais le manuscrit primé doit avoir un lien avec les sujets d’intérêt de Marianne Roland Michel (voir bibliographie).

 

Valeur du prix

Le prix est doté d’une somme de quatorze mille euros. Mille cinq cents euros sont versés au lauréat, et douze mille cinq cents euros sont directement versés à l’éditeur à la publication.

Si aucun manuscrit ne paraît satisfaisant au jury, le prix sera mis en réserve et distribué lors de la session suivante ou ultérieurement si il n’y a pas, lors du concours suivant, deux bons manuscrits à primer. En aucun cas, il ne sera distribué par défaut.

En cas d’hésitation entre deux manuscrits excellents, les années où il n’y aurait pas de prix en réserve, le choix portera sur celui qui se rapproche le plus de l’art français du XVIIIe siècle et des préoccupations de Marianne Roland Michel.

Le jury

Le prix est décerné par un jury de cinq membres, choisis par le Comité Français d’Histoire de l’Art, dont deux sont de nationalité étrangère. Nul ne pourra siéger plus de cinq années consécutives dans la commission, qui est renouvelée progressivement.

Les candidats enverront un exemplaire papier de leur manuscrit et un exemplaire électronique qui sera transmis à chaque membre du jury, afin que la commission puisse forger son avis en connaissance de cause. Chacun sera invité à classer les manuscrits qui lui auront été soumis.

Au cas où il s’agirait d’un manuscrit – ou d’un ouvrage – écrit dans une langue que ne lit pas un membre de la commission, celle-ci peut faire appel à des experts extérieurs.

date limite : 22 juin 2020.

Plus d’informations sur le site du CFHA

Leave a Reply