Appel à communications : « La rhétorique de l’anti-subjectivité dans l’art américain » (Paris, INHA, 18 septembre 2019)

Appel à communications

« La rhétorique de l’anti-subjectivité dans l’art américain »

Paris, 18 septembre 2019

Lieu : Institut National d’Histoire de l’art, Galerie Colbert, Salle Giorgio Vasari

À la fin des années 1950, l’exaltation de l’Expressionnisme abstrait américain tend à provoquer un déni et/ou un refus de plus en plus marqué de la subjectivité de l’artiste conçue comme source causale ou facteur explicatif de l’œuvre. En réaction à la psychologisation excessive du peintre expressionniste, la génération suivante va répondre par une radicale neutralisation des marqueurs de la subjectivité. Sous l’autorité de l’artiste devenu théoricien et l’influence du modèle linguistique, l’art conceptuel achèvera d’opérer ce décentrement au profit d’une pratique systémique . . . → En lire plus

Séminaire : « Le corps et ses corpus : jeu et rejeu d’archives, œuvres disparues et création contemporaine » (Paris, 28 juin 2016)

walkaround_timeSéminaire organisé par les Archives nationales et le laboratoire « Arts des images et art contemporain » de l’Université Paris-8, dans le cadre du programme « Replay, restitution, recréation… Pour une typologie de la reprise des archives », soutenu par le Labex Arts-H2H. Ce programme de recherche se propose de mettre en regard les archives des œuvres disparues et celles qui animent ou justifient une part de la création contemporaine. En s’attachant à la place du corps dans l’œuvre, de la statuaire à la chorégraphie, il s’agit d’interroger en premier lieu la manière dont les supports documentaires, destinés à faire « archives », interviennent ou non dans le processus de fabrication, de commande et . . . → En lire plus

Journée d’études : « Photographie et sculpture : de l’interaction à l’hybridation depuis les années 1960 » (Paris, 13 avril 2016)

Mac_Adams_Rabbit_mavEn lien avec l’exposition Entre sculpture et photographie du musée Rodin, cette journée d’études propose d’aborder les alliances très fécondes qui se sont nouées entre ces deux médiums depuis la fin des années 1960, moment décisif de redéfinition et d’élargissement des catégories esthétiques traditionnelles. Si les relations entre photographie et sculpture ont fait l’objet de nombreuses publications et expositions, il s’agira de privilégier les usages conceptuels du médium photographique, qui ont contribué à une reformulation radicale de la notion de sculpture. Seront ainsi éclairées les préoccupations communes d’artistes dans l’élaboration d’une « sculpture photographique » témoignant des diverses modalités d’interaction entre ces deux vocabulaires formels, jusqu’à un processus d’hybridation . . . → En lire plus

Table ronde : autour de l’exposition « an inadequate history of conceptual art » (Paris, 15 avril 2016)

Une table ronde autour d’an inadequate history of conceptual art se tiendra en salle Walter Benjamin le vendredi 15 avril à 11h et réunira, autour des notions d’archives, de mémoire et d’expérience, Silvia Kolbowski, Sébastien Pluot, Larisa Dryansky et Johanne Lamoureux.

Du 15 avril au 2 juillet 2016, on pourra voir la première présentation à Paris d’une installation vidéographique de l’artiste américaine Silvia Kolbowski : an inadequate history of conceptual art (1998/99). Cette prise en compte inhabituelle de l’art contemporain au sein de la programmation d’expositions de l’INHA vise à reconnaître l’importante réflexion formulée par les artistes et la production artistique contemporaine autour de l’archive, de la mémoire, de l’histoire orale et de la formation de l’histoire du point de vue des acteurs initiaux. . . . → En lire plus

Appel à communication : « L’œuvre hantée par le concept » (Aix-en-Provence, 18 mai 2016)

348051« Un spectre hante la création : le spectre du concept ». Cette phrase, qui détourne les premières lignes du Manifeste du Parti Communiste, nous l’employons pour désigner certains des héritages auxquels se confronte le créateur, consciemment ou inconsciemment. Plus que tout autre, en effet, le créateur est sujet à la hantise.

Des fantômes hantent la création et pèsent tout à la fois sur le créateur et la critique. En littérature ou en art, on convoque sans cesse les spectres de Heidegger, Derrida, Deleuze ou encore Bakhtine. En linguistique, on invoque Saussure, Jakobson, Chomsky, Genette, ou encore Culioli. Mais il en va de . . . → En lire plus

Appel à publication : « On Game Structures », Performance Research, volume 21, n°4, août 2016

Performance Research, vol. 19, 2014, n°3 (couvertureTo be or, actually, not two sentences to be, that is the question, combined. Douglas R. Hofstadter

Entire fields of human endeavour have been subsumed under the term ‘game’; art in the case of Marcel Duchamp, language in the case of Ludwig Wittgenstein, social performance in the case of Pierre Bourdieu. Game structures – recurrent, interactional procedures with semi-predictable results –have appeared in many forms: as methods of communication (inter-species play), as cognitive practices (koans, riddles), as creative procedures (frottage, exquisite corpse), as sensorial titillation (seduction), as a military strategy (game theory), as a form of resistance (culture jamming). Whether referring to . . . → En lire plus

Appel à communication : « Idées à contempler : Les pratiques conceptuelles dans l’art et la littérature »

L’art conceptuel, défini entre autres comme un art auto-réflexif et dématérialisé, parce que donnant la primauté aux idées plutôt qu’à leur réalisation, est apparu aux États-Unis au début des années 60. Presque simultanément, en URSS, un courant artistique semblable, aujourd’hui qualifié de conceptualiste, se développait en marge des milieux officiels, tirant profit à sa manière du manque de ressources matérielles et institutionnelles alors accessibles aux artistes « non conformistes ». Si, de nos jours, on associe plus volontiers l’adjectif « conceptuel » à cette époque révolue et au domaine des arts visuels, il n’en demeure pas moins qu’on parle depuis quelques années dans le monde anglo-saxon, et depuis plus longtemps en Russie, avec des auteurs comme Dmitri Prigov et . . . → En lire plus