Journée d’étude : La fabrique de l’habit

La journée d’étude « La fabrique de l’habit » propose de réfléchir à la production de vêtements et d’accessoires de mode à l’époque moderne, avant que le déclin puis la fin des communautés de métiers, l’apparition des grands magasins et l’essor de la confection ne marquent l’avènement d’un système productif nouveau au XIXe siècle.

Depuis une trentaine d’années, l’histoire des modes en France a bénéficié du regain d’intérêt de chercheurs dont les travaux ont permis de renouveler les manières d’envisager le vêtement à l’époque moderne. Parmi eux, les études consacrées aux cadres de production sont relativement rares, tout particulièrement pour les périodes les plus anciennes. Durant ces trois siècles pourtant, . . . → En lire plus

Colloque : « Anatomie(s) d’une anatomie. Nouvelles recherches sur les Blasons anatomiques du corps féminin » (Amiens, 10-11 mars 2016)

Jean Fouquet, Vierge du diptyque de Melun, 1450Anatomie(s) d’une anatomie. Nouvelles recherches sur les Blasons anatomiques du corps féminin Volet II : Université de Picardie Jules Verne, 10-11 mars 2016

 

Jeudi 10 mars 2016

09h00

Introduction

Julien Goeury (U. de Picardie Jules Verne) Thomas Hunkeler (U. de Fribourg)

Présidence : Jean Vignes (U. Paris Diderot)

Peter Frei (U. de Fribourg) : « Publier le corps : les Blasons anatomiques de 1543 et la (re)présentation du corps à la Renaissance »

Marianne Bournet (U. de Picardie Jules Verne) : « Un blason de la Vierge, le beau tétin de Marie »

Pause café

Présidence : Anne Duprat (U. de Picardie Jules . . . → En lire plus

Appel à communication : « Autour du visage : nouvelles perspectives sur l’histoire de la pilosité faciale / Framing the Face: New Perspectives on the History of Facial Hair » (Londres, novembre 2015)

Les barbes d'Henri IVAu cours des cinq derniers siècles, la pilosité du visage a été au centre des débats sur la masculinité. Au fil du temps, l’évolution des opinions sur la masculinité, le souci de soi, le corps, le sexe, la sexualité et la culture ont fortement influencé les décisions sur le port de la barbe. Pour les hommes britanniques de l’ère Tudor, la barbe était un symbole de maturité sexuelle et de virilité. Tout au long de l’époque moderne, les débats ont fait rage sur la place de la pilosité faciale dans le cadre médical de la théorie des humeurs. Le dix-huitième siècle, en revanche, a considéré que la barbe . . . → En lire plus

Appel à communication : « Framing the Face: New perspectives on the history of facial hair » (Londres, novembre 2015)

Tommaso Garzoni, Le Barbier, 1641, gravure sur boisOver the past five centuries, facial hair has been central to debates about masculinity. Over time, changing views of masculinity, self-fashioning, the body, gender, sexuality and culture have all strongly influenced men’s decisions to wear, or not wear, facial hair. For British Tudor men, beards were a symbol of sexual maturity and prowess. Throughout the early modern period, debates also raged about the place of facial hair within a humoural medical framework. The eighteenth century, by contrast, saw beards as unrefined and uncouth; clean-shaven faces reflected enlightened values of neatness and elegance, and razors were linked to new technologies. Victorians conceived of facial hair . . . → En lire plus