Journées d’études : « Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique » (Nanterre, 13 et 14 mai 2019)

Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique, Université Paris Nanterre, 13 et 14 mai 2019.

Porté par une équipe de chercheurs de l’université Paris Nanterre et de l’université Paris 8, ce programme de recherche interdisciplinaire se propose d’interroger la construction et l’histoire, à l’échelle européenne, d’une catégorie historiographique dont la pertinence fait débat depuis le XIXe siècle et dont les usages variés révèlent des enjeux idéologiques et culturels majeurs. Fruit d’une collaboration entre plusieurs centres de recherche de littérature française, d’histoire, d’études romanes, anglophones et germaniques, il s’inscrit dans la troisième thématique prioritaire de l’université Paris Lumières, à savoir « Création, d’hier à demain : arts, patrimoine, humanités . . . → En lire plus

Appel à communication : « Atelier scientifique « Stunde Null » (heure zéro) – entre mythe et réalité » (Clermont-Ferrand, 2 octobre 2015)

Fresques du mur de Berlin, 1990-1993 Appartenant à l’origine au lexique de la manœuvre militaire, la notion de « Stunde Null » (heure zéro) est un concept qui a fait florès dans les pays germaniques, et plus particulièrement en et à propos de l’Allemagne. S’il se réfère surtout au 8 mai 1945 et, plus généralement, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, césure par excellence dans l’histoire contemporaine allemande, il est également utilisé pour désigner d’autres ruptures marquantes, notamment les bouleversements des années soixante-dix et la chute du mur de Berlin. Parmi les essais les plus connus du grand public, on peut citer ceux de l’auteur Wolfgang Büscher et de . . . → En lire plus

Appel à communication : « Finir le Moyen Âge » (Paris, automne 2014)

Rogier van der Weyden. Retable de Saint Jean-Baptiste. Naissance de saint Jean, détail,1455-1460, Berlin, Gemaldegalerie Ce thème est inspiré par les réflexions formulées par Jacques le Goff dans son dernier ouvrage : Faut-il vraiment découper l’Histoire en tranches ? C’est ici la fin du Moyen Âge qui retient notre attention. De 1453 à 1517 et même plus largement jusqu’au milieu du XVIIIe siècle domine l’impression d’un Moyen Âge qui n’en finirait pas de s’achever, d’un « long Moyen Âge ». Plus que la question de la chronologie, c’est celle des acteurs que nous aimerions poser ici.

Qui finit le Moyen Âge ? Ceux qui l’ont vécu ? Ceux qui . . . → En lire plus