Appel à communication: Sociabilités en révolutions / Revolutions in eighteenth-century sociability

La cohésion et l’harmonie sociales reposent largement sur la sociabilité, une forme de « douce police » qui renvoie à la capacité des individus à interagir, à communiquer et à vivre ensemble sans l’intervention continuelle d’un pouvoir coercitif. La sociabilité réfère ainsi aux multiples façons qu’ont les individus d’entrer en contact avec des amis ou des inconnus, que ce soit en personne, au sein de clubs, de salons, de sociétés ou d’autres associations, ou à distance, par le biais des correspondances, des traités et des discours.

Le congrès se propose d’examiner l’évolution de la notion de sociabilité dans un long dix-huitième siècle et à travers le prisme des nombreuses révolutions – . . . → En lire plus

Appel à communication: « Sociabilité et convivialité en Europe et en Amérique du Nord, XVIIe-XVIIIe siècles »

Académies, loges maçonniques, clubs et salons, société de lecture ou de débats, lycées et « musées » tel celui de Bordeaux créé en 1783, les lieux de sociabilité se multiplient aux XVIIe et XVIIIe siècles, alliant au plaisir de la convivialité et à l’art de la conversation une visée scientifique d’élaboration et de discussion des savoirs. Une abondante littérature normative n’a eu de cesse de définir les contours d’une sociabilité idéale. Plutôt qu’aux manuels de civilité ou de bienséance en eux-mêmes, on s’intéressera au fonctionnement effectif, quotidien, de ces espaces de sociabilité, aux mécanismes d’interaction qui confirment, ou parfois infirment, la validité de ces modèles. On s’intéressera à l’extension et . . . → En lire plus