Colloque : « Arts décoratifs et poésie – Artistes, écrivains et esthètes autour de Marcel Proust »

Embellir la vie par l’art et sa mise en scène dans les goûts et les allures, ou bien absorber la matérialité des choses dans l’écriture et la philosophie : cette dichotomie semble marquer toute une génération d’artistes « fin de siècle » et des années 1900. L’oeuvre de Marcel Proust, recherche d’une « apothéose de l’art» selon W. Benjamin, est en ce sens souvent présentée comme un exemple phare de la première perspective, qui conduirait directement des « chefs-d’oeuvre», notamment picturaux, à l’abstraction littéraire. À l’inverse, Robert de Montesquiou serait le poète « précieux » attaché au culte des objets. C’est néanmoins le décor, l’éphémère, l’objet taciturne qui inspirent, . . . → En lire plus