Appel à communication : « Architecture et signification : le dessein du projet architectural » (Paris, 7 juin 2018)

L’architecture signifie, mais d’où lui vient son sens ? Peut-on penser sa signification comme le produit d’une intention qui serait à l’œuvre, dès le stade du projet ? Et si c’est le cas, comment définir cette intention, et comment comprendre la manière dont celle-ci prend forme et se spatialise ? Cette journée d’étude cherche à dépasser le cadre de l’herméneutique des formes construites, déjà considérablement étayée par des théoriciens comme Norberg-Schulz ou Zevi[1] et des philosophes inspirés par Hegel[2], Heidegger[3] ou Goodman[4], pour aborder la signification de l’architecture à partir du projet.

Un bâtiment est en effet toujours orienté par une fin, et n’apparaît . . . → En lire plus

Appel à communication : « Pour une histoire culturelle du décorateur XVIIIe – XXe siècle » (Paris, INHA, 7-8 octobre 2016)

Couverture-de-la-revue-«-The-Decorator-and-Furnisher-»-1893-234x300 Ce colloque, en analysant et précisant le rôle du décorateur dans l’aménagement intérieur, souhaiterait proposer une lecture nouvelle de l’histoire traditionnelle des styles occidentaux de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XXe siècle. Si l’historiographie a souvent privilégié l’enchaînement des innovations formelles et techniques ainsi que la notion d’avant-garde, le colloque entend davantage mettre l’accent sur le contexte socio-économique dans lequel s’inscrit l’activité du décorateur. En effet, cette approche permet de dégager une vision propre à une génération ou à un groupe social à un moment donné de l’histoire. Elle enrichit la définition de notions encore mal étudiées telles que celles d’œil collectif et de tolérance visuelle, susceptibles d’expliquer par exemple l’alternance de périodes de sur-ameublement et de . . . → En lire plus

Journée d’études doctorales : « Faire œuvre d’architecte : signature, auctorialité, statut » (Lyon, 5 février 2016)

Mies-LyonJournée d’études doctorales proposée par Laurent Baridon (Université Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du séminaire doctoral en Histoire de l’architecture organisé par Anne-Marie Châtelet (EA Arche, ENSA Strasbourg, Université de Strasbourg), Hélène Jannière (EA Histoire et critique des arts, Université Rennes 2) et Jean-Baptiste Minnaert (InTRu, Université François-Rabelais, Tours)

PROGRAMME :

10 h : Accueil

10 h 30 : Propos d’ouverture des organisateurs (Laurent Baridon, Anne-Marie Chatelet-Schmid, Hélène Jannière, Jean-Baptiste Minnaert)

10 h 45 : Laurent Baridon, Introduction

11 h : Maxime Decommer (UMR AUSser CNRS 3329), Faire œuvre collective : Le talent personnel et la division du travail en architecture au tournant du XIXe siècle

11 . . . → En lire plus

Conférence : “Un architecte à la caméra. Le Corbusier 1936-1937” par Claude Prelorenzo (Paris, 23 mai 2013)

Un épisode peu connu de l’activité artistique de Le Corbusier. Deux années durant Le Corbusier, déjà au premier plan sur la scène de l’architecture moderne, va s’enticher d’une caméra 16mm et impressionner quinze bobines, en France, en Suisse et en Amérique du Sud. Les sujets par leur éclectisme (films de famille, de souvenirs, de voyages ?) laissent suspecter un cinéma d’amateur. Mais cette diversité même renforcée par une large palette de modes de filmage conduit à proposer une autre version: celle d’un test, par un pratiquant de la “synthèse des arts”, des possibilités offertes par la réalisation cinématographique. Cette explication ne peut que rester hypothétique car un lourd silence entoure cet épisode. Le Corbusier n’en parlera jamais, ne montrera pas sa production et ne l’utilisera ni dans ses publications ni . . . → En lire plus