Appel à publication : « L’oeuvre d’art réussie », Proteus. Cahiers des théories de l’art, n° 16 (2019)

Dans un recueil de textes courts sur la destruction des œuvres d’art, l’artiste Éric Watier rapporte le fait suivant : « Walt Kuhn a détruit plus de toiles qu’il n’en a conservé. Il lui était absolument impossible de signer un tableau s’il ne le trouvait pas parfait » (L’inventaire des destructions, Éditions Incertain Sens, 2018).

Cette anecdote, que l’on pourrait entendre à propos de beaucoup d’artistes modernes comme Soutine, Modigliani et tant d’autres, met en relation l’exigence de l’artiste face à son travail et la question philosophique du critère qui permet d’identifier les œuvres d’art au sein d’une certaine classe d’objets. En somme, Tout se passe comme si ces . . . → En lire plus

Colloque : « Fin-de-siècle : fin de l’art ? Destins de l’art dans les discours et les pratiques esthétiques de la fin des XIXe et XXe siècles » (Saint-Denis, 20-21 mai 2016)

affichefindesieclefindelartcorrigee.inddRéfléchissant sur les résurgences des discours de décadence à la fin du XXe siècle, Pierre Jourde écrit : « C’est une idée reçue de vouloir à tout prix des fins de siècle décadentes, comme par une sorte de superstition numérique. Il reste que la seule existence de cette superstition lui confère une espèce de réalité, de poids dans l’imaginaire ». Nous proposons de confronter deux fins de siècle du point de vue des discours qu’elles ont portés sur l’art. La fin du XIXe siècle et la fin du XXe siècle sont deux moments de crise caractérisés par de profondes mutations culturelles et esthétiques − voire de véritables changements de paradigmes artistiques (Nathalie . . . → En lire plus