Colloque : « Period Rooms : intérieurs d’époques entre art, goût et pratiques de la collection. » (Paris, 18-19 avril 2016)

Colloque organisé en partenariat entre l’Université Paris I, le laboratoire InVisu, l’Institut national du patrimoine et l’Université de Bologne, avec le soutien du programme Confluence d’Hesam.

Après une longue éclipse due au triomphe incontesté du modèle du White cube dans les dispositifs d’exposition, comme à l’invention de nouveaux types de musées de société, les salles historiques font retour aujourd’hui dans les musées, ainsi qu’en témoignent réouvertures ou réinstallations de period rooms un peu partout dans le monde.

 

Simultanément, de nombreux artistes contemporains font usage de ces dispositifs au sein d’installations diverses. Une modalité particulière du rapport au passé, de l’écriture de l’histoire et de l’intervention critique sollicite ainsi l’attention des sciences humaines et sociales. Ce colloque international veut étudier comment des . . . → En lire plus

Conférence : « Les choses au musée. Objets de mémoire, objets d’histoire, objets d’une construction, objets d’oubli ? » par David Guillet (Paris, 6 avril 2016)

Feuilleteur numérique. "Dürer et son temps"Qu’il s’agisse de collections permanentes ou d’expositions temporaires, le conservateur ou le commissaire – c’est selon – s’assigne pour objectif, par un accrochage ou un parcours, de « mettre en valeur », suivant la terminologie consacrée, les œuvres ou les objets muséaux qui lui sont confiés. Tous les moyens sont déployés à cette fin : éclairage, soclage, choix des couleurs mais aussi et surtout voisinage d’autres œuvres qui resituent chaque pièce dans un contexte historique, esthétique, thématique et visent à en délivrer le sens. Ces dispositifs, que viennent désormais compléter des outils audiovisuels ou électroniques, englobent et dépassent l’œuvre ou l’objet isolés, aident à l’appréhender et à le . . . → En lire plus

Journée d’études : « Carlo Scarpa et ses amis : l’art d’exposer » (Paris, 24 janvier 2015)

Carlo Scarpa, Museo di Castelvecchio, rénovation de 1973, VéroneL’œuvre de Carlo Scarpa, mort en 1978, domine la production architecturale de ce siècle en Italie et au-delà. Elle est une source d’inspiration pour nombre d’artistes, d’architectes, de designers contemporains. Architecte, auteur d’édifices aujourd’hui mythiques comme la Tombe Brion, designer réputé, il fut aussi un maître dans l’art d’exposer. Qu’il s’agisse de galeries, de « displays » temporaires ou de musées, Scarpa est le plus éclatant parmi ces architectes italiens qui, au XXe siècle, ont révolutionné l’espace et les dispositifs d’exposition. Les espaces qu’il conçut pour l’exposition Mondrian de 1952 ou pour la Biennale de Venise dont il fut, jusqu’en 1972, l’architecte, démontraient . . . → En lire plus