Séminaire « La Mode masculine 1820-1970 : sources d’étude » (18 novembre 2015)

Cinquième séVIVCOL-20141126151443ance du séminaire du programme « Histoire de la Mode et du Vêtement ».

Sibylle Einholz, professeur émérite, Hochschule für Technik und Wirtschaft, Berlin Fashion and Reality. Men’s Fashion in Berlin Carte de visite, 1860-1900 —— Karen Trivette Cannell, Head of Special Collections and College Archives, Fashion Institute of Technology, New York « Adam » and « Esquire » : Points of Comparison and Contrasts —— Karine Taveaux-Grandpierre, maître de conférences, LabSIC, Université Paris 13 « ELLE et la mode masculine »

Archives audiovisuelles :

« Quand les hommes veulent devenir mannequins » Émission Les Actualités Françaises, 24 mars 1965 INA (Actualités Françaises) « Les hommes modèles » . . . → En lire plus

Journée d’études : « L’histoire à la maison et au musée : anachronismes et historicités » (Paris, 23 juin 2015)

Charles Giraud, Cabinet du comte de Nieuwerkerke, 1857Dans les musées d’art, en particulier européens, les salles historiques ou « period rooms » avaient été progressivement abandonnées au profit de dispositifs plus conformes au credo muséographique moderne – plébiscité à partir des années 1930-1940 -, et surtout éclipsées par l’hégémonie du « white cube » des décennies 1960-1970. Elles refont surface aujourd’hui dans maintes institutions, européennes ou américaines, rhabillées, reconsidérées, et souvent rebaptisées.

Au sein des mondes de l’architecture et des arts décoratifs les intérieurs à vocation ou à prétention de reconstitution historique ont également connu un regain d’intérêt, alimentant les nouveaux questionnements de l’histoire du goût. Enfin les spécialistes de culture matérielle ou . . . → En lire plus

Appel à communication : « Orient Extrême : collectionneurs et collections d’aujourd’hui / The Far East : collectors and collections today » (Lyon, 24-25 mars 2016)

Zeng Fanzhi, Mask 1, 1999[1]L’objet de ce colloque sera d’étudier les collections privées ou publiques liées à l’Extrême-Orient dans une perspective contemporaine. Si notre ambition sera d’accorder une large place à l’art contemporain, les collections envisagées pourront également rassembler des objets plus anciens, et pas seulement des objets d’art. Le terme « Extrême-Orient » sera ici compris dans un sens large, incluant les îles de l’Asie de l’Est et du Sud-Est. L’approche sera interdisciplinaire, mêlant histoire de l’art, esthétique, anthropologie, sociologie, économie ou même politique. Nous proposons les quatre panels suivants :

Panel I : Profils et motivations des collectionneurs

Les collectionneurs privés sont des passionnés des cultures visuelles et matérielles de l’Extrême-Orient. . . . → En lire plus

Appel à publication : « Pop or Modern Art Collecting in Asia », Journal ‘Situations : Cultural Studies in the Asian Context’ (Automne 2015)

Ventes Christie's, Shangaï, 26 septembre 2013We welcome submissions that analyse changes in the significance of pop or modern art to collectors located in Asia. The contributions will be collated in a special issue of the peer-reviewed journal Situations : Cultural Studies in the Asian Context, due in Fall 2015.

In explaining the huge international success of Pokémon, Anne Allison argued that apart from the cuteness of its characters, the attraction lay in the game’s inherent social capital, and the “cash value” of its trading cards (Allison 2006, 197, 217). There was possibly a fourth factor, namely the cultural capital generated by association with the product’s country . . . → En lire plus

Site : « Rodin et l’art égyptien » (décembre 2014)

7r.jpg.png

De 1893 à sa mort en 1917, le sculpteur Auguste Rodin (1840-1917) collectionna les antiquités égyptiennes, grecques et romaines, mais aussi d’Asie ou de l’Europe du Moyen-Age au XIXe siècle. Il rassembla dans sa villa des Brillants à Meudon, puis à partir de 1908 à l’hôtel Biron, à Paris, plus de six mille pièces, dont environ huit cents d’origine égyptienne. Cette gigantesque collection peut être considérée comme une de ses créations ; elle prit place au cœur de l’atelier, parmi ses propres sculptures et dessins. Le sculpteur choisit même, parmi les objets grecs ou égyptiens, le matériau de ses assemblages, réunissant ses figures en plâtre aux objets de la collection.

Le site . . . → En lire plus

Journées d’études : « Antiquités dépaysées au XVIIIe siècle » (Paris, 16-17 décembre 2014)

Cabinet de curiositéAvec l’expansion impériale et la multiplication des situations de contact, un nouveau monde d’objets afflue dans les collections européennes au XVIIIe siècle. Qualifiés d’exotica, de curiosités mais aussi d’antiquités — américaines, égyptiennes, indiennes ou chinoises ­— ces artefacts non-européens montrent l’élargissement des horizons anthropologiques et participent au renouvellement des savoirs historiographiques en Europe. Le projet d’une histoire universellese déploie lentement, non plus seulement en référence à une histoire sacrée ou civile, mais par rapport à une histoire confrontée de facto aux progrès des arts, des mœurs et du commerce chez les peuples non-Européens. Comment ces antiquités venues d’ailleurs . . . → En lire plus

Conférence : « Un abbé, un duc et une paire de globes : la passion du savoir au XVIIIe siècle » (Paris, 4 novembre 2014)

image 4NOV_atti6mc8Cycle des conférences du quadrilatère – Chefs-d’œuvre de la BnF et de l’INHA

4 novembre 2014 – 18h15. Auditorium de la Galerie Colbert. Entrée libre, accès : 6 rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne 75002

Paris Catherine Hofmann, conservateur en chef au département des Cartes et plans, BnF Anthony Turner, historien des sciences La Bibliothèque nationale de France a acquis en 2010 une paire de globes imprimés, céleste et terrestre, dressés par l’abbé Jean-Antoine Nollet en 1728 et acquise en 1733 par Alexandre, cinquième duc de la Rochefoucauld, l’un des ‘grands seigneurs’ du royaume. La conférence se propose de mettre en lumière la spécificité de ces globes . . . → En lire plus

Conférence : « Un certain goût du secret : ambiguïtés des cabinets de curiosités » par Dominique Moncond’huy (Tours, 3 novembre 2014)

Domenico Remps, Cabinet de curiosités, XVIIe siècle, Florence« On sait quelles réalités plurielles recouvrent l’expression « cabinets de curiosités » comme d’autres dénominations en allemand ou en italien, par exemple, à la fin du XVIe siècle ou au début du XVIIe : une collection princière et un cabinet d’apothicaire ou d’érudit ne recouvrent pas les mêmes réalités ni ne correspondent aux mêmes enjeux.
L’on sait aussi quels types de discours (variés, et parfois contradictoires, souvent légués par une époque bien antérieure et correspondant à d’autres modes de perception du monde) accompagnent ces pratiques modernes, intimement liées à l’évolution des savoirs, des . . . → En lire plus

Appel à communication : « Lost Museums » (Rhode Island, mai 2015)

Hubert Robert, La grande galerie du Louvre en ruine, 1796, Paris, Louvre In conjunction with the year-long exhibition project examining Brown University’s lost Jenks Museum, the John Nicholas Brown Center for Public Humanities and Cultural Heritage, the Haffenreffer Museum of Anthropology, and the John Carter Brown Library invite paper proposals for a colloquium on lost artifacts, collections and museums. The colloquium will be held at Brown University May 7 and 8, 2015. Papers from the Colloquium may be published as a special issue of Museum History Journal.
Museums, perhaps more than . . . → En lire plus

Appel à candidature : Collecting prints & Drawings

Collecting Prints & Drawings

Interdisciplinary conference organised by Collecting & Display in collaboration with Schwabenakademie Kloster Irsee Organisers: Andrea M. Gáldy – Sylvia Heudecker – Angela M. Opel Cabinets of prints and drawings belong to the earliest art collections of Early Modern Europe. From the sixteenth century onwards some of them acquired considerable fame which necessitated an ordered and scientific display. This interdisciplinary conference brings together art historians, historians, curators and collectors and explores topics such as: when, how and why did cabinets of prints and drawings become a specialised part of princely and private collections? How important were collections of prints and drawings for the self-representation of a prince or connoisseur among specialists and social peers? Is the presentation . . . → En lire plus

Appel à communication : Festival de l’histoire de l’art (Fontainebleau 30 mai – 1er juin 2014)

Festival de l’histoire de l’art : Fontainebleau 30 mai – 1er juin 2014 Collectionner; La Suisse, pays invité

Le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau s’associent, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, pour proposer la quatrième édition du Festival de l’histoire de l’art. Conçues comme un carrefour des publics et des savoirs, ces trois journées offrent conférences, débats, concerts, expositions, projections, lectures et rencontres dans le château et dans plusieurs sites de la ville de Fontainebleau. Le Festival explore chaque année un thème, en 2014 « Collectionner », et propose trois rendez-vous . . . → En lire plus

Appel à publication : « Collecting Italian Art North of the Alps 1600-1800 », RIHA Journal

The Italian schools occupied central positions in early modern art collections, a tradition that continued through the 19th and 20th centuries. The primacy of Italian art became a cornerstone for museum practice as well as a founding principle for the nascent art history discipline. This issue takes a closer look at the beginning of this tradition in the 17th and 18th century. Since the 1960s (and before), scholars have taken an interest in the Grand Tours of princes, aristocrats and connoisseurs. More recent research has added to the picture by discussing the collecting activities of artists, architects, diplomats, dealers and scholars, and . . . → En lire plus

Conférence : « Napoléon III. Ruines américaines, album de Désiré Charnay » par Sylvie Aubenas et Christine Barthe

Pour la deuxième année, l’Institut national d’histoire de l’art et la Bibliothèque nationale de France se sont associés pour organiser un cycle de conférences destiné à mettre en valeur les collections de la BnF et celles de la bibliothèque de l’INHA – collections Jacques Doucet.

Chaque conférence associe un conservateur de la BnF et un universitaire/chercheur, qui présentent ensemble une ou plusieurs oeuvres-phares sorties exceptionnellement des collections des deux bibliothèques.

Saviez-vous que la BnF conserve des monnaies chinoises et des dessins de Fernand Léger ? Saviez-vous que l’INHA possède des recueils d’ornements du XVIe au XVIIIe siècle ? Si vous ne connaissez pas ces oeuvres, venez les admirer, découvrir leur histoire et celle . . . → En lire plus